A propos
de nous

Des fermes à taille humaine

Créations du Bochaine est né en 1994, de la volonté de 5 agriculteurs, spécialisés dans l’élevage d’animaux produisant de la laine, de s’associer pour vendre en directe leurs productions de fil précieux.

20 ans plus tard l’équipe a su évoluer, de nouveaux éleveurs prennent petit à petit la relève de ceux qui partent à la retraite avec la même volonté d’associer, qualité de fabrication, de finition et production locale en vente directe aux consommateurs.

A travers nos produits, nous vous invitons à des expériences de douceur et de chaleur avec des fils naturels d’origine France.

 

La ferme de Margot et Christophe

Producteurs de laine Mérinos française

 

Christophe et Margot se sont installés avec leur grande famille sur la petite ferme des Combes, à Glandage, durant l’été 2011.

De longues années en Bolivie, sur les hauts-plateaux de la Cordillère andine, leur ont donné le goût de l’âpreté de la montagne, des pommes de terre aux milles couleurs, et des tissages.

Ils produisent aujourd’hui sur leur ferme des légumes de saison en traction animale, des agneaux et des confitures. La laine est issue de leur troupeau mérinos.

Margot et Christophe sélectionnent une fibre à la fois fine et rustique, résistante, qui porte la marque des parcours escarpés. Une partie de la laine est transformée en France (lavage en Haute-Loire chez Laurent Laines, cardage et filage dans la Creuse chez Terrade) en fil cardé. Une autre partie est envoyée en Italie, où The Biella Wool Company assure une transformation en fil peigné. Toutes ces opérations sont réalisées collectivement avec d’autres éleveurs à travers l’association Mérilainos, et avec le soutien de l’association ATELIER-Laines d’Europe.

Aux teintes naturelles de la laine s’ajoutent les couleurs végétales de Marie Marquet, teinturière à Die (Drôme).

En savoir plus :
La ferme d'Alice

Productrice de laine Mohair française

 

Après son bac et des études en Agronomie, elle s’est tout de suite lancée à la recherche d’une jolie ferme à reprendre. C’est ainsi qu’elle arrive en 2019 dans un petit paradis de nature sauvage et préservé dans un petit vallon des Hautes-Alpes : les Oches.

Aidé de Valentin, son compagnon, ils rénovent, réparent et améliorent la ferme, qui recevra ses petites chèvres Angora.

Alice s’inscrit dans la démarche qualité du « Mohair des fermes de France » avec l’idée d’aller plus loin et de labelliser son élevage en Agriculture Biologique.

En savoir plus :
La ferme de Bernadette et Antoine

Producteurs de laine Alpaga française

 

Il était une fois …ainsi commencent les belles histoires… il y a plus de 30 ans…est-ce assez ancien pour devenir une légende ?…dans un coin presque oublié d’une montagne bien aride… revoilà la réalité… un hameau aux maisons et bergeries abandonnées semblait sortir d’un vieux rêve : les sonnailles d’un troupeau de brebis chantaient à nouveau au milieu des ruines posées sur ce petit plateau balayé par le vent. C’était en 1980, Antoine et Bernadette s’installaient avec leur troupeau à Petit Terrus sur la commune de Montclus dans les Hautes Alpes. Depuis, leurs brebis produisent toujours de beaux et bons agneaux ; elles ont partagé l’espace quelques années avec des brebis laitières…La cave de la maison garde de cette époque l’odeur des bons fromages…et ont vu arriver de drôles de compagnons de pâturage en 1994. Long cou, hauts sur pattes, oreilles toujours en alerte, les premiers alpagas, importés du Chili, venaient, avec leurs toisons prometteuses, compléter la production agricole de nos héros ordinaires.

A Petit Terrus, la tonte des alpagas a lieu en mai. Les belles toisons sont méticuleusement triées par couleur (blanc, beige, marron, gris, noir) en 3 qualités de finesse et pureté (les gros poils présents dans certaines parties de la toison sont indésirables). Une organisation associative commence alors : les éleveurs d’alpagas français regroupent les toisons de leurs animaux et les confient à une entreprise italienne de la région de Biella « fratelli Piacenza » pour les premières étapes de la transformation. Lavage, cardage ou peignage, filage, tissage ou mise en pelotes. Chaque éleveur retrouve enfin sa production sous forme de fil ou de tissus et entreprend les phases finales : tricotage, couture etc.

Pour la vente, Antoine et Bernadette participent depuis l’origine à l’aventure de « Créations du Bochaine » où leurs fils et confections sont disponibles tout au long de l’année.

En savoir plus :
La ferme de Catherine et Bernard

Producteurs de laine Mohair française

 

Situés dans ce beau hameau de la Montagne à Sigottier, Catherine et Bernard élèvent leurs chèvres angora et cachemire dans un environnement calme et paisible. Afin de transmettre leur passion, ils proposent tout au long de l’année un accueil à la ferme, qui permet à chacun de découvrir tout le chemin que parcourent la laine mohair et la laine cachemire.

Bernard LANTEAUME, Producteur de laine cachemire et laine mohair
Marseillais, technicien à la Chambre d’Agriculture des Hautes-Alpes commence à s’intéresser en 1980 à une certaine chèvre originaire des contreforts himalayens élevée pour sa toison Mohair, de rare qualité. Cette petite chèvre semble rassembler de nombreux atouts, c’est un animal qui peut valoriser des espaces de montagne. Elle produit une toison magnifique pouvant permettre à l’éleveur de commercialiser des produits originaux, sur un marché innovant, totalement indépendant de toutes les contraintes des primes ou des quotas agricoles.

Emballé par le défi que représentait le commencement d’un nouvel élevage prometteur Bernard s’est installé en 1985 dans la sobre, mais si belle, vallée du Buëch, avec un troupeau de chèvres Angora aux poils longs jusqu’à terre, bouclés et soyeux… Faisant fi du scepticisme moqueur de certains il devint le détonateur d’une nouvelle activité.
Pour constituer son troupeau, après avoir acquis quelques animaux achetés au Canada, pour parfaire son cheptel et répondre aux demandes de quelques autres éleveurs, il part au Texas et ramène via le Canada prés de 200 pures Angora.

En savoir plus :
La ferme de fabien

Producteur de laine Angora française

 

Du chou… au lapin angora : une ferme de montagne diversifiée

Fabien a repris en 2016 l’élevage de lapins Angora d’Hubert SIMON-PERRET et a installé ces superbes animaux sur leur petite ferme maraîchère située à 1000 mètres d’altitude à St Julien en Beauchêne (Hautes-Alpes).

Un élevage respectueux de l’animal

Le lapin Angora n’est élevé que pour sa magnifique toison. Il est logé en clapier individuel sur une abondante litière de paille, fréquemment renouvelée, assurant ainsi son confort et gardant son poil bien propre.

Pour l’alimentation, nous avons fait le choix d’un aliment complet sous forme de granulés. Nous soignons nos lapins de manière naturelle avec des hydrolats et des préparations à base de plantes.  Ils vivent longtemps et meurent de vieillesse dans l’élevage.

Laine Angora des Hautes-Alpes

Leur toison est récoltée par peignage 3 fois par an environ, lorsque se produit une mue naturelle. C’est d’ailleurs sur cette capacité à perdre ses poils avec facilité que la race « angora français » est sélectionnée.

La transformation s’effectue à la filature du Valgaudemar : la toison duveteuse se change alors en pelotes de laine douces, chaudes, légères et si facile à tricoter…

 

En savoir plus :
La ferme de stéphanie

Productrice de laine Angora française

Il faut parfois quelques années et d’étonnantes rencontres pour parvenir à construire la vie qui nous rend heureux…

Professeure de philosophie pendant plus de 20 ans, Stéphanie entreprend à 43 ans une curieuse reconversion professionnelle… Curieuse, mais presque évidente puisque celle-ci lui a permis de renouer avec ses affinités premières. Très attachée aux lapins depuis l’enfance, elle a grandi au contact de ces petites boules de poils, passant son temps à les choyer. À la maison, le tricot était une distraction presque naturelle. Créant ses propres vêtements, elle a toujours épaté ses amis, tout autant que ses professeurs…

Une vingtaine d’années s’écoule avant qu’elle prenne conscience de ses réelles aspirations et renoue alors avec ses affinités profondes. C’est ainsi qu’elle rencontre Hubert Simon-Perret, éleveur de lapins angoras dans la Drôme, auprès de qui elle se forme et dont elle reprendra une partie de l’élevage à son départ en retraite.

La révélation est immédiate ! Proche de la nature, attentive au rythme des animaux, indépendante, elle se sent très vite à sa place, prenant conscience d’une réelle qualité de vie et de toute la richesse de cette activité. Elle prend un plaisir fou à voir grandir ses animaux, accordant une attention particulière à leur bien-être. L’odeur de la paille, la douceur du poil, le calme et le côté presque méditatif de leur peignage la remplisse d’une énergie nouvelle. L’occasion également de renouer avec le tricot et de laisser s’épanouir sa créativité tout en découvrant la partie relationnelle liée à la vente de ses créations qui la surprend et lui apporte une motivation supplémentaire.

Situé à Groisy, à 20 minutes d’Annecy, Phil’Angora est aujourd’hui un petit élevage artisanal composé d’une soixantaine de lapins angoras, mâles et femelles, dont le poil est récolté en vue de sa transformation en laine.

En savoir plus :
Panier